Charlotte Mijeon, celle qui peut vous dénoncer

 

Quand Charlotte Mijeon oublie de dire qu'elle a fait grève pour faire licencier son collègue

 

 

 

Charlotte Mijeon était récemment invitée sur le plateau de "Arrêt sur image" (cf http://bit.ly/fQd508 ) pour défendre le camp des "grandes ONG" (c'est-à-dire FNE, WWF et autres cautions de Sarkozy lors du Grenelle de l'environnement) face aux accusations soigneusement prouvées de Fabrice Nicolino dans son livre "Qui a tué l'écologie ?" (cf http://bit.ly/fp9McX )

 

A un moment du débat, Charlotte Mijeon a été questionné sur… Stéphane Lhomme, ancien porte-parole du Réseau Sortir du nucléaire.

 

Bafouillant encore plus qu'à son habitude, Charlotte a prétendu qu'il avait été licencié "pour diverses fautes graves". Elle s'est alors bien gardée de révéler que c'est en fait elle qui était allé demander à son directeur la tête de Stéphane Lhomme qui, en étant un peu "trop antinucléaire", empêchait Charlotte d'avoir de bonne relations avec FNE, WWF et cie…

 

Pire : Charlotte et ses collègues du siège du Réseau (à Lyon) ont fait une grève - qui plus est une fausse grève car ils avaient dès le départ l'assurance d'être payés, ce qui fut le cas - pour obtenir le licenciement de leur collègue Stéphane Lhomme.

 

Oui vous avez bien lu : une grève pour faire licencier un collègue (Stéphane Lhomme n'était le supérieur hiérarchique de personne). Voir ci-dessous un extrait de leur courrier menaçant de faire grève si le Conseil d'administration ne soumettait pas au diktat du directeur qui voulait imposer le licenciement de Stéphane Lhomme. (cf plus d'infos sur http://reseau.democratie.free.fr )

 

Pour "justifier" leurs démarche nauséabonde, ces salariés jaunes, unis à Lyon dans les locaux du Réseau, avec le directeur et le directeur financier, ont prétendu être tous "harcelés" par Stéphane Lhomme... seul dans son bureau à 600 km de là, à Bordeaux. Qui peut croire à une telle ineptie ?

 

C'est une tâche indélébile dans l'Histoire du salariat et dans celle du mouvement antinucléaire.

 

Chaque jour, des gens admirables font des dons financiers au Réseau Sortir du nucléaire, croyant soutenir la lutte antinucléaire. En réalité, ils payent Charlotte Mijeon et ses amis dont on se demande bien ce qu'ils font, quand on voit l'absence sidérante du Réseau en pleine catastrophe nucléaire de Fukushima.

 

Si vous croisez Charlotte Mijeon, méfiez-vous : à chaque instant elle peut passer derrière vous et aller vous dénoncer, surtout si vous n'avez commis aucune faute. Elle est susceptible de prendre votre place… pour ne rien en faire (car elle est nulle). Charlotte Mijeon, c'est celle qui peut vous dénoncer. A bon entendeur…

 

 

Stéphane Lhomme

Pôle emploi

 

---------------------------------------------------------------- 

 

Rappel : La lettre immonde par laquelle les salariés jaunes ont demandé le licenciement de leur collègue

 

Message du 02/12/09 09:12

De : "PORTE PAROLE SALARIES RESEAU"

A : "CA du Réseau Sortir du nucléaire"

Objet : Soutien collectif des salariés à la démarche de Philippe Brousse, DRH

 

Au Conseil d’Administration du Réseau “Sortir du nucléaire”

 

Bonjour,

Nous, salariés du Réseau "Sortir du nucléaire", affirmons notre soutien entier et sans réserve à Philippe Brousse, directeur et DRH du Réseau "Sortir du nucléaire". Nous soutenons de façon générale sa gestion de l’association et du personnel. Plus particulièrement, nous soutenons sa démarche de convocation de Stéphane Lhomme à un « entretien préalable en vue d'une éventuelle sanction disciplinaire pouvant conduire au licenciement ».

(...)

Nous informons notre employeur, le Conseil d’administration du Réseau "Sortir du nucléaire", que nous n’accepterons pas que Philippe B soit empêché de convoquer Stéphane Lhomme à l’entretien évoqué au début de cette lettre, ni qu’il soit empêché de prendre les sanctions qu’il jugera nécessaires à l’issue de cet entretien. Dans le cas où le CA s'opposerait à la démarche de notre directeur et DRH, nous serions conduits à déposer un préavis de grève illimitée.

Dans le cadre de cette démarche collective, nous mandatons nos collègues Nadège Morel et Xavier Rabilloud en tant que porte-parole pour toute discussion avec les administrateurs. Vous pouvez les joindre par téléphone sur leurs lignes professionnelles : Nadège M - Xavier R - 04 78 28 29 22

Sommaire